Vous êtes ici

Fabre Gwenaëlle

Onglets principaux

Portrait de Fabre Gwenaëlle
Nom : 
Fabre
Prénom : 
Gwenaëlle
Statut : 
membre
Titre : 
Maître de conférences, Université d'Orléans
Section CNU : 
07
Lieu d'affectation: 
Orléans
Organisme d'appartenance: 
Université d’Orléans
Thématiques et domaines de recherche : 

Documentation de langues d’Afrique noire

Au tout début de 2008, je me suis engagée dans à l’élaboration d’un projet pluridisciplinaire sur le Burkina Faso. La recherche des partenaires burkinabès et français, linguistes d’une part, géographes et écologues d’autre part, puis la rédaction du projet ont constitué un important travail qui a abouti au programme RADICEL-K financé par la région Centre à hauteur de 137 000€, qui s’est déroulé de 2009 à 2014. Associant en particulier des linguistes du LLL (Orléans et Tours) et du CNRST (Ouagadougou, Burkina Faso) et des écologues de l’IRD (groupe SOSA, UR 200), ce programme visait à étudier les liens entre Nature et Culture par le prisme de la Langue dans la province du Kénédougou située à l’ouest du Burkina Faso.
Sur le plan strictement linguistique, il s’agissait en particulier de documenter deux langues non décrites (le sèmè et le tagba) à partir de textes collectés in situ, qui traitaient notamment de la biodiversité ordinaire et de son utilisation traditionnelle. Dans le cadre de ce programme, nous avons organisé un colloque pluridisciplinaire en mars 2012 à Ouagadougou. Un lourd travail éditorial (sélection des articles via une triple relecture anonyme) a abouti à l’édition en ligne des Actes du colloque.

Les travaux sur le sèmè (l’unique langue kru du Burkina Faso) se poursuivent au-delà du programme, avec notamment une copublication avec Raymond Boyd sur la phonologie segmentale du sèmè à venir.

Quant au tagba, il a fait l’objet d’une première description dans le cadre de la thèse de Mori Edwige Traoré Étude ethnolinguistique du sicanɛ (chants de hochets des femmes senufo du Tagbara), soutenue en novembre 2016, que j’ai co-encadrée avec le Pr Kam Sié Alain de l’Université de Ouagadougou.

Conjointement à ces deux langues, je poursuis mon analyse du samba-leko, langue Adamawa parlée au Nord Cameroun et au Nigeria. Ce travail se fait maintenant à distance du terrain, devenu impraticable au vu de la situation particulièrement tendue dans cette région.

Ma recherche porte donc sur la description de langues peu ou pas documentées d’Afrique noire. S’agissant de langues à tradition orale, ce type de recherche repose sur un travail de terrain et sur l’élaboration et l’analyse de corpus oraux. S’ils constituent d’abord la matière première de ce type de recherche, ces corpus sont aussi à envisager sous le double angle de la patrimonialisation de la culture étudiée et de la patrimonialisation de la documentation scientifique. En cela, les différents corpus (samba leko, sèmè et, dans une moindre mesure, tagba) sont élaborés en vue de leur mise à disposition sous forme de base de données associant les enregistrements sonores et leur transcription plurilinéaire.

Enseignement et autres responsabilités: 

Je dispense des cours intitulés Expression et communication au département Génie Mécanique et Productique de l'IUT d'Orléans et y suis responsable du Projet Personnel et Professionnel.

Depuis deux ans, j'assure aussi des TD d'Introduction à la linguistique aux étudiants du cursus de Sciences du langage.

Par ailleurs, je suis membre du Conseil de laboratoire, du CHSCT de l'établissement après avoir siégé plusieurs années au CEVU.

Activités de recherche et publications: 

Publications

Fabre G., Fournier A. & Sanogo L. dir. (2014), Regards scientifiques croisés sur le changement global et le développement - Langue, environnement, culture : Actes du Colloque international de Ouagadougou (8-10 mars 2012) », 238p.

Fabre, G. (2014) « Zoonymes et phytonymes en samba leko : Interpréter ce que la langue dit de la faune et de la flore », in Regards scientifiques croisés sur le changement global et le développement - Langue, environnement, culture : Actes du Colloque international de Ouagadougou (8-10 mars 2012) : 107 ­– 24.

Traore, M. E. & Fabre, G. (2014) « L’initiation de filles en pays tagba: les rites à l’épreuve du changement », in Regards scientifiques croisés sur le changement global et le développement - Langue, environnement, culture : Actes du Colloque international de Ouagadougou (8-10 mars 2012) : 39 – 53.

Communications

Fabre G., « L'ordre des bases verbales dans les CV complexes du samba leko, langue Adamawa du Nord-Cameroun », Séminaire ODUL, 17 décembre 2015.

Fabre G., « Décrire une langue orale, est-ce patrimonialiser ? », Journée d’étude « Patrimonialisations à l’épreuve ; Appropriations, écarts, redéfinitions », Université d’Orléans 18 juin 2014.

Fabre G., « Ébauche d’une classification botanique et zoologique : quelques éléments ethnolinguistiques pour la sémantique (et vice-versa) », Séminaire de Sémantique du LLL, 24 janvier 2013.

Fabre G., « Langues locales, langues internationales, un sujet sensible », communication à la 12e édition des Rencontres régionales de la coopération internationale (atelier « Langues locales, langues internationales »), Tours 17 novembre 2012.

Fabre G., « De la nécessité de croiser les disciplines : illustration à partir de phytonymes et zoonymes en samba leko », Colloque international « Langue, environnement et culture : les enjeux de la recherche pluridisciplinaire pour un développement durable des territoires », Ouagadougou (Burkina Faso) 8-10 mars 2012.

Autres

Belliard F., Delplanque A., Fabre G., Fournier A & Sajaloli B. (2012) « Rapport du Colloque international Langue, environnement et culture : les enjeux de la recherche pluridisciplinaire pour un développement durable des territoires, Ouagadougou (Burkina Faso) 8-10 mars 2012 ».

Fabre G. & Fournier A. (2014) « Rapport d’activité d’un projet de recherche d’intérêt régional : Recherche Aide Développement : Interactions Culture Environnement Langues dans le Kénédougou (Burkina Faso) »