Vous êtes ici

Sémantique instructionnelle et prosodie

champ1

Responsable(s) du projet: 
Présentation: 

Le projet SIP (Sémantique instructionnelle et prosodie) est développé en commun par le LLL et Lattice ([Langues, Textes, Traitements informatiques et Cognition, UMR 8094 du CNRS, ENS Paris – voir annexe). Il vise à réaliser une modélisation du sens des marqueurs discursifs de l’oral prenant en compte l’intégralité du contexte de leurs emplois : non seulement les constructions syntaxiques et macro-syntaxiques et la sémantique des unités lexicales co-textuelles, mais aussi la prosodie, qui joue un rôle essentiel dans la détermination du sens précis des marqueurs prosodiques.

Objectifs

Au plan théorique, il s’agit d’approfondir la connaissance du comportement sémantique et du rôle des marqueurs dans le discours, et de mieux comprendre l’interaction de la prosodie avec les autres niveaux linguistiques de construction du sens.

Au plan applicatif, l’objectif est de mettre au point des outils permettant de calculer le sens précis des marqueurs en contexte, ces outils pouvant jouer un rôle essentiel dans des tâches de traitement automatique (extraction d’information, systèmes de questions-réponses, etc.). Pour ce faire, à chaque marqueur est associée une instruction unique qui régit son comportement sémantique en contexte. Cette instruction comporte des variables qui doivent être obligatoirement instanciées par le contexte (au sens large : depuis le co-texte de l’énoncé jusqu’aux données de la situation d’énonciation et des connaissances partagées des interlocuteurs). Les gestes prosodiques sont décrits par des instructions au même titre que les autres éléments linguistiques constituant les énoncés.

Méthode et plan de travail

Pour chaque marqueur étudié, une banque de données de ses emplois dans des corpus oraux de parole attestée est constituée, combinant plusieurs genres (parole spontanée, interviews, discours, etc.). Chaque emploi est caractérisé par des annotations morpho-syntaxiques, sémantiques, discursives et prosodiques. La modélisation proposée pour un marqueur est systématiquement confrontée à sa banque d’emplois, qui constituera l’outil de validation des hypothèses.

Participants du laboratoire: 
Autres participants: 
J. Aptekman (Lattice), G. Col, S. Girault, E. Grimaud, T. Poibeau (Lattice), B. Victorri (Lattice), M. Petit